Pages Menu
Categories Menu

Posted on 14 juin 2015 in Face aux droits de l'homme

Colloque laïcité et diversité religieuse

Colloque laïcité et diversité religieuse

Dimanche 14 juin 2015, rencontre solidaire entre le CLIMS (Centre de liaison et d’information concernant les mouvements spirituels) le Cap LC (Coordination des Associations & Particuliers pour la Liberté de Conscience), l’Omnium des Libertés et l’EIFRF (European Interreligious Forum For Religious Freedom)

Cette conférence publique tenue à Genève a révélé des faits boudés par la presse au sujet des groupes spirituels et des religions minoritaires en France.

Un nombreux public a ainsi pu découvrir une conception très particulière de la laïcité selon certaines instances gouvernementales françaises.

Détail piquant : le colloque a eu lieu au Centre John Knox, nommé d’après le grand réformateur écossais qui, avec Jean Calvin, a contribué au développement du protestantisme. Condamné pour un temps aux galères, John Knox ne rejoignait cependant pas Calvin sur l’idée que le fidèle ne doit pas résister à un souverain, même tyrannique.

Ce qui nous rappelle que l’intolérance religieuse, un fléau intemporel et universel, ne disparaîtra que le jour où un dialogue interreligieux authentique s’établira enfin entre toutes les religions, quelles qu’elles soient.

Le grand public n’est malheureusement pas informé

En France, il semble que depuis les attentats parisiens de janvier dernier, l’intolérance religieuse ait changé d’orientation. Délaissant pour un temps les groupes qualifiés de sectes , certaines coutumes musulmanes sont maintenant prises pour cible. Cependant, les représentants des religions sont exclus du débat au nom de la laïcité !!!

Autre détail piquant : les zélateurs qui, il n’y a pas si longtemps, n’hésitaient pas à opérer des descentes (au petit matin) dans certaines communautés spirituelles, semblent cette fois beaucoup moins courageux à l’endroit des nouveaux boucs émissaires.

Un panel d’hommes de terrain et de spécialistes des religions

L’originalité du colloque genevois porte sur la diversité des intervenants, cependant unanimes sur la recevabilité du débat. En effet, le public apprend, de la voix de « baroudeurs » présents sur le terrain français depuis des années, une réalité qu’il ignore : la dangerosité de faire partager ses croyances avec son prochain dans le pays même des Droits de l’Homme.

Stupéfaite, l’assistance découvre que la liste des sectes dangereuses publiée par des parlementaires français en 1995 continue de miner des carrières et des réputations. Et ce, malgré son abrogation officielle en 2005.

D’autre part, les intervenants suisses évoquent la notion de la laïcité dans leur pays fédéraliste.

Notamment la récente révision de la loi cantonale sur la laïcité à Genève, qui démontre qu’il est tout à fait possible de concilier liberté religieuse et laïcité.

Malgré les apparences, les temps changent ! Il est donc important que les mouvements spirituels, quels qu’ils soient, occupent maintenant le terrain et fassent entendre leurs voix. Sinon les incendiaires continueront d’écrire l’histoire. En effet, s’il est vrai qu’il n’y a pas de fumée sans feu, n’oublions jamais qu’il existe bel et bien des incendies criminels !

 

Source

 

A lire aussi sur ce thème: