Pages Menu
Categories Menu

Posted on 9 nov 2010 in Face aux droits de l'homme

Discours des raëliens à l’Osce en 2010 à  Vienne pour la session : Libertés de religion ou croyances

Discours des raëliens à l’Osce en 2010 à Vienne pour la session : Libertés de religion ou croyances

Contribution du Mouvement Raëlien Européen à la session de travail

Freedom of Religion or Belief

Supplementary Human Dimension Meeting

Vienna 09 to 10 December 2010

9 novembre : Education and Religion or Belief

 

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, nous vous remercions vivement pour avoir le courage de nous donner la parole. Nous venons chaque année à l’OSCE depuis 7 ans déjà, et à chaque fois vous nous donnez la liberté de nous exprimer, le droit de vivre, le droit d’être, différent certes, simplement. Nous espérons que nos discours et les faits que nous vous rapportons contribuent à améliorer la liberté religieuse en Europe, le développement des droits de l’homme et son esprit de liberté.

Nous constatons que les pays francophones et spécialement la France et la Belgique n’ont toujours pas décidé d’adopter les standards de l’OSCE en ce qui concerne la liberté religieuse. Malgré les nombreuses plaintes et avertissements de différents mouvements des droits de l’homme et des officiels de l’OSCE ces deux pays appliquent toujours leurs politiques de harcèlement envers les minorités religieuses.

Devant les nombreuses critiques, ces pays arguent depuis 2008 que les mouvements qui se plaignent de leurs politiques sont issus de « sectes » déguisées et organisent d’ailleurs au niveau national des colloques sur le thème des « sectes à l’assaut de l’OSCE ». Le saviez-vous ? La MIVILUDES française et le CIAOSN belge, chargés de lutter contre les minorités philosophiques n’ont pas peur d’affirmer que nous manipulons l’OSCE (1). Vous trouverez dans la version écrite de ce discours les références de leurs messages.

En tant que conseiller en psychologie appliquée je constate que si après 7 ans rien n’a changé c’est qu’il s’agit là d’un problème de paradigme, de sophisme. En effet dans le plus profond du cerveau des responsables politiques français et belge se tapit la croyance irrationnelle que minorité spirituelle égale secte et secte égale danger. Or c’est bien la force du paradigme, c’est que quelque soient les arguments ou les preuves avancées que leurs politiques sont dangereuses et anti-démocratiques, ceux-ci sont incapables de le voir et donc forcément ne changent pas. Cela est comparable au fanatisme religieux.

Notre seule chance d’être respectée en tant que nouvelle religion et de vivre en paix réside dans le respect des droits de l’homme et les institutions supranationales. Elle réside donc en vous, officiels de l’OSCE, pour les forcer à respecter les standards européens.

Ces deux pays ont mis en place des organismes censés lutter contre les dérives sectaires. Cela aurait pu être une action louable, certes, encore faut il définir juridiquement ce qu’est une dérive sectaire, ce qui n’est pas le cas actuellement. Pourtant quand ces dérives sont le fait de majorités religieuses, ces organismes se taisent comme vous avez pu le constater avec l’église catholique et le nombre ahurissant de prêtres pédophiles protégés en son sein. Celle-ci parle du droit des prêtres au secret de la confession sans jamais reconnaître le droit de la victime, le droit d’un enfant à un avenir. Si un groupe religieux minoritaire cumulait avec autant d’horreur toutes ces mêmes dérives sectaires citées dans les médias, ceux-ci l’auraient déjà condamné sévèrement en tant que « secte » ou « organisation sectaire nuisible ».

Cette discrimination reprise par les médias, est devenue leur cheval de bataille. Deux poids deux mesures dont les propos pervertissent l’opinion publique. En créant de l’injustice, la manipulation de l’information, le dénigrement de l’égalité de tous au droit à une information juste et neutre, s’orchestre dans le but de nuire à autrui. Cela aura pour conséquence de parvenir au trouble à l’ordre public. Il n’y a qu’à demander aux membres des nouvelles minorités philosophiques. Pensent-ils vivre au sein de la société en jouissant des mêmes droits que les autres ? Se sentent-ils en sécurité ? Jouissent-ils de leur liberté de pensée, de mouvements ?

Le problème majeur de ces deux gouvernement est qu’ils ne trouvent quasiment rien qui irait à l’encontre de la loi ou à une nuisance sociale et prouverait une « dérive sectaire » Ce n’est pas force d’avoir essayé. Des descentes musclées et illégales de la Miviludes dans des communautés ont eu lieu sans aucun résultat, hormis le traumatisme pour les « visités ». Malgré cela, Statistiquement et proportionnellement il  y a moins d’infraction à la loi dans les minorités que dans les majorités religieuses.

Cet acharnement depuis 15 ans a créé une haine et un mépris social réel, divisant tant la société française que la société belge. Exit la paix sociale… ! Selon nos avocats, il est plus facile de défendre un terroriste qu’un membre d’une minorité qui se bat par exemple pour une garde parentale alternée en cas de divorce. En France les termes de « virus, pathologie de la croyance, contamination, nuisibles » sont associés aux membres des minorités (2). Cela n’est pas sans rappeler une sombre époque.

Cette haine de l’autre est donc entretenue à partir du plus haut de l’état belge et français où bon nombre de circulaires et de documents d’états mentionnent encore aujourd’hui les termes « lutte contre les sectes » (3) et comme vous le savez des listes reprennent toutes les minorités religieuses.

Ainsi dès le 23 septembre 2009 le Sénat français dote la formation professionnelle d’un « arsenal antisecte« . Ceci complète un arsenal antisecte pour les administrations publiques qui rétribuent des centaines de personnes à cette lutte.

Les notaires français reçoivent des consignes secrètes sur les membres des minorités religieuses. Deux de nos membres sont morts cette année en France et les notaires ont refusés de s’occuper de leurs successions et de leurs legs (4).

L’Etat a constitué une cellule spéciale de la police la CAIMADES appelée « Police anti-secte » pour traiter les dérives sectaires (5).

En octobre la Miviludes publiait un sondage IPSOS montrant que les sectes sont dangereuses pour la démocratie pour 2/3 des Français (6). D’une part on voit bien que le conditionnement de peur du gouvernement français depuis 25 ans a été très efficace. La Miviludes  a été ainsi sans doute très fière de le publier. D’autre part on ne comprend pas pourquoi la Miviludes publie un tel sondage : son objet étant la lutte contre les dérives sectaires et non contre les minorités religieuses. En publiant ce sondage sans aucun commentaire de prudence nous ne pouvons que conclure à la malveillance de la Miviludes qui montre ainsi son réel objectif : lutter contre les minorités religieuses.

Sa volonté comme celle de la Belgique de vouloir punir un crime potentiel qui n’est pas encore commis, et ne le sera sans doute jamais, mène à toutes les dérives. Ce n’est pas parce que quelqu’un accuse son chien de la rage que cela lui donne la légitimité de l’abattre ! Nous avons pu aussi le constater également avec l’expulsion des Roms. Nous ne pouvons dès lors qu’applaudir la forte condamnation de la France par la commissaire européenne de la justice Viviane Reding.

Cette politique de discrimination qui ressemble à s’y méprendre à une politique fasciste en ce qui concerne les minorités religieuses continue d’avoir les mêmes conséquences désastreuses au niveau social : pertes d’emploi, refus de participation à des événements, refus de location de salles publiques, pertes de gardes d’enfants, pertes d’emploi, rejets familiaux et violences physiques.

Nous espérons que l’OSCE et que chaque pays ici présent fera pression sur la France et la Belgique pour que cesse cette situation lamentable.

Nos recommandations sont les suivantes :

  1. La suppression de la CAIMADES en France pour que seule la police citoyenne intervienne à la demande des plaignants et si nécessaire, que justice commune soit saisie.
  2. la suppression de la MIVILUDES et le CIAOSN qui n’ont aucune raison d’exister et des excuses et réparations des gouvernements belges et français.
  3. Une modification du « centre de l’égalité des chances » en Belgique pour qu’il devienne un organisme qui promeut aussi la  tolérance et le respect envers les membres des minorités religieuses.
  4. Une destruction officielle du fameux rapport parlementaire belge et français établissant une liste de « sectes », en présentant les excuses du parlement.
  5. Une pénalisation de l’usage discriminatoire de la liste des sectes, car même si elle n’a aucune valeur juridique, elle a un pouvoir moral et social de discrimination.
  6. Si le public le souhaite une information sur les minorités, nous demandons à l’OSCE d’intervenir auprès de l’éducation nationale pour inciter les universitaires français et belges à créer un organisme totalement indépendant qui après avoir étudié chaque spiritualité saura informer sans parti pris, du contenu de chaque groupement spirituel, qu’il soit majoritaire ou minoritaire, laissant ainsi le citoyen faire son marché spirituel lui-même. Cet organisme devra rassembler des   sociologues, psychologues, historiens, théologiens autres spécialistes des sciences humaines, avocats et ainsi que des représentants de chacun des courants de pensée dont il est question.

Nous ne demandons nullement de faiblir dans la lutte contre les activités pénalement répréhensibles, mais de le faire sans discrimination aucune, tant au sein des cultes reconnus que des minorités religieuses non reconnues.

Il est temps que ces deux pays acceptent que ses citoyens sont adultes et capables par leur intelligence, de faire leur choix spirituel et de mesurer par eux-mêmes les conséquences de leurs actes. Les lois existantes suffisent largement pour condamner les dérives.

Le Mouvement Raëlien Européen remercie cette digne assemblée de l’avoir entendu et écouté. Ses membres espèrent que l’OSCE jouera totalement son rôle de médiateur comme elle sait le faire lorsque les situations l’exigent.

Merci, Mesdemoiselles, Mesdames, Messieurs, de votre attention.

Références :

(1)   La miviludes a communiqué sur le fait que les sectes faisaient du lobbying auprès de l’OSCE, dans son rapport 2008, en page 45, tout un chapitre intitulé : Stratégies d’influence à l’international en 2008 : l’exemple des agissements de la mouvance sectaire à l’ONU. Voir lien ci-après : http://www.miviludes.gouv.fr/IMG/pdf/Miviludes_Rapport_2008.pdf

Le Centre d’Information et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles (CIAOSN) organisait en Belgique une journée d’étude sur invitation le vendredi 17 septembre, de 9h à 17h sur le thème : « Human rights and fundamental liberties tested by sectariasnism » dont l’invitation reproduit en bas de document est très clair sur le contenu de cette journée.

(2)   Dans :  Entretien avec Frédéric Malon, responsable de la cellule d’assistance et d’intervention en matière de dérive sectaire (Caimades) de la police judiciaire (La Croix – 25 novembre 2009) :  « En fin de journée, Jean-Marie Bockel, secrétaire d’Etat à la Justice, a clôturé ce colloque sur les dérives sectaires qu’il a – c’est très d’actualité – comparé à des «virus mutants» qui diffusent «sous des formes souvent insidieuses le poison de la manipulation des conduites humaines et des esprits, attentatoires à la dignité des personnes et aux libertés fondamentales». Jean-Marie Bockel a souligné la «mobilisation de chaque instant» du gouvernement sur un phénomène en «perpétuelle mutation, générateur de nouveaux risques liés à l’utilisation notamment de l’internet», phénomène analysée comme « une pathologie de la croyance sur fond d’individualisation et de dérégulation de la croyance».

(3)   A ce sujet lisez le Guide l’agent Public publié  par la Miviludes. Egalement dès le 23 septembre 2009 le Sénat français dote la formation professionnelle d’un « arsenal antisecte« . Ceci complète un arsenal antisecte pour les administrations publiques qui rétribuent des centaines de personnes à cette lutte :

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20090921.OBS2006/sectes-il-faut-retablir-la-possibilite-de-dissolution.html

En Belgique le CIAOSN (Centre d’information belge et d’avis sur les organisations sectaires nuisibles) explique sur son site que pour identifier un organisme sectaire nuisible, il se base son travail sur la liste des sectes fait dans le passé. On croit rêver. De plus il met à disposition du lecteur une brochure intitulée « Est-ce une secte ? » ce qui ajoute encore plus de la confusion car l’objet de son étude est strictement et uniquement les « organisations sectaires nuisibles ». il ne fait pas s’étonner dès lors que plusieurs villes belges nous refusent le droit de réunion ou de pratique de notre culte en se basant eux aussi sur la liste des sectes du parlement belge. Nous pouvons fournir la liste des communes qui nous ont motivé leur refus en 2009 et 2010 en raison de cette liste.

(4)   L’observatoire français dans son RAPPORT ANNUEL 1997 a sensibilisé à la protection du patrimoine des familles face au danger sectaire le Conseil Supérieur du Notariat.

Ainsi les dernières volontés des raëliens ne sont pas respectées. Les faits sont les suivants. Mr Jacques Aizac a tout légué à une association destinée à aider les femmes excisées mais comme l’idée de cette association vient de Raël, la notaire, qui s’occupe de la succession, a agit de manière contraire à son code de déontologie. Monsieur Aizac est décédé en mars 2009 et aujourd’hui en décembre 2010, elle n’a toujours pas donné de retour du dossier. Lorsque nous l’appelons, nous n’obtenons pas de réponse. Lorsque la compagne de Monsieur Aizac demande si elle peut elle même déposer son testament, la même notaire lui répond que ce n’est pas possible et qu’elle doit se méfier des sectes alors que leur code de déontologie précise qu’un notaire ne doit pas faire sélection dans leur clientèle car ils sont agent de l’état. Mr Jacques Dramet, décédé en juillet 2010, indique sur son testament qu’il lègue tous ces biens au mouvement raëlien, sauf le minimum légal à ses 2 filles, et que la lecture du testament doit se faire en présence du représentant du mouvement et de ses filles. Hors le notaire n’a jamais contacté le représentant et a même dit à ses filles de se méfier du représentant. Mr Dramet avait émis le souhait d’avoir un groupe de musique New Orléans lors de ses funérailles. Lorsque le groupe est arrivé sur place, il a refusé de jouer sous prétexte que le défunt était raëlien.

(5)   Voir le lien : http://www.info-sectes.ch/prevention-caimades.htm#Fenech  et Entretien avec Frédéric Malon, responsable de la cellule d’assistance et d’intervention en matière de dérive sectaire (Caimades) de la police judiciaire (La Croix – 25 novembre 2009)  et Création d’une police anti-sectes en France: la Caimades (lyoncapitale.fr – 26 novembre 2009)

(6)   En octobre la Miviludes publiait un sondage IPSOS montrant que les sectes sont dangereuses pour la démocratie pour 2/3 des Français (5). Voici la dépêche AFP du 29 septembre annonçant le sondage : http://news.fr.msn.com/m6-actualite/france/article.aspx?cp-documentid=154802462

 

A lire aussi sur ce thème: