Pages Menu
Categories Menu

Posted on 15 oct 2008 in Face aux experts

Une approche sociologique : « Peut-on établir une différence objective entre sectes et religions ? »

Une approche sociologique : « Peut-on établir une différence objective entre sectes et religions ? »

Anne Morelli est directeur-adjoint du Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité de l’Université Libre de Bruxelles

Peut-on établir une différence objective entre sectes et religions ? À cette question les réponses fusent généralement : les sectes sont nuisibles, dangereuses, à surveiller de près ; les religions, elles, ont un bon fond (bien que parfois perverti), elles comblent des aspirations humaines naturelles et sont infiniment respectables. Or cette différence « évidente » entre sectes et religions ne résiste pas à l’analyse.

Ce distinguo n’est pas seulement généralisé chez les croyants des grandes « religions » mais se retrouve aussi chez bon nombre de libres-penseurs et rationalistes, tout au moins dans certains pays d’Europe comme la France, l’Allemagne, l’Autriche et la Belgique francophone.

Or cette différence « évidente » entre sectes et religions ne résiste pas à l’analyse.

Lorsqu’en Belgique, la Commission parlementaire sur les sectes, réunie en 1996, décida de consulter des experts en la matière, elle fit venir d’universités différentes et de spécialités diverses des professeurs, dont j’étais. Seuls les théologiens affirmèrent détenir des critères pour distinguer les « bonnes » religions des mauvaises [1]. Sans s’être nullement concertés, les autres professeurs, confrontés à la question « quelle est la différence entre sectes et religions ? » répondirent avec une belle unanimité qu’il n’était pas de critères fiables permettant de séparer les unes des autres.

Tous les critères objectifs imaginés pour caractériser les sectes (taille du groupe, longévité, sacrifice de la vie personnelle, pouvoir inconditionnel du chef, signes distinctifs, obéissance, coupure de la vie « normale » etc…) pouvaient être appliqués aux grandes religions ou au moins à certaines formes qu’elles ont prises, comme le monachisme [2] ou la vie conventuelle.

Nous allons passer en revue ici quelques exemples de ces pseudo-critères de distinction entre sectes et religions.

 

- L’argent et le sexe

- Nuisance

- Endoctrinement versus catéchèse

- La définition des sectes dans la législation et la réglementation

- Petite religion = secte ?

- Quelle différence alors ?

 

Voir le détail de l’article sur le site

A lire aussi sur ce thème: