Pages Menu
Categories Menu

Posted on 21 déc 2012 in Face aux droits de l'homme

Les raëliens demandent un « jour férié universel » pour célébrer la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

Les raëliens demandent un « jour férié universel » pour célébrer la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme

Le Mouvement Raëlien demande au gouvernement français l’instauration d’un « jour férié universel » correspondant à la date du 10 décembre, pour célébrer la Déclaration Universelle des Droits de l’homme (DUDH), qui fut adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le 10 décembre 1948 à Paris au palais de Chaillot par la résolution 217 (III) A.


«  Le 10 décembre prochain, la déclaration universelle des droits de l’Homme soufflera ses 64 bougies. Elle est traduite dans plus de 380 langues [1], tout le monde en a entendu parlé ou en entendra parler un jour, mais qui la lit, l’applique et la fait appliquer ? »  déclare Lisiane Fricoté, Raëlienne, juriste en droits de l’homme et libertés publiques.


Bien que ce pays s’autoproclame « Terre des droits de l’Homme », la France a oublié que ces droits s’appliquent absolument à tous et malheureusement les minorités religieuses ou autres se trouvent discriminées officiellement de façon régulière. Le Mouvement Raëlien a dû déposer à nouveau cette semaine une pétition auprès de la Commission des Droits de l’Homme aux Nations Unies qui implique la France pour ses nombreux actes discriminatoires envers les Raëliens. La seule façon de faire respecter ces droits est de les enseigner et de les célébrer pour ce qu’ils sont : la plus grande réalisation humaine.


« Dans notre société supposée laïque, il est édifiant de constater que la majorité des jours fériés sont dédiés à la seule religion catholique. Il est indispensable de dédier un jour férié à célébrer l’universalité des droits de l’être humain, quelque soit la race, le sexe, l’origine sociale, les convictions religieuses, philosophiques, et de ne plus accorder la quasi-totalité des jours fériés à la religion chrétienne car c’est mépriser les autres convictions  athées, religieuses, et c’est trahir la loi de 1905 de séparation des églises et de l’Etat qui fait de la France une république laïque » précise la juriste raëlienne.


Elle ajoute « la constitution française proclame que la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale, elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion, elle respecte toutes les croyances, mais il serait plus exact de dire qu’elle impose une croyance à travers la répartition actuelle des jours fériés. »


Rappelons que le préambule de la constitution française du 4 octobre 1958, à valeur constitutionnelle, précise que « le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme » et se réfère à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 dont la Déclaration Universelle de 1948 représente sa réactualisation moderne et plus que jamais d’actualité.


L’instauration de ce jour férié, où tous ses citoyens, sans distinction de race, de culture, de religion, ou d’appartenance syndicale, célébreraient ensemble la DUDH constituerait un acte symbolique et fort montrant une réelle volonté de faire connaître ces droits et de les faire appliquer.


Le Mouvement Raëlien demande au gouvernement français l’instauration d’un « jour férié universel » correspondant à la date du 10 décembre. « C’est essentiel pour que cet attachement aux droits de l’Homme se traduise dans les faits et qu’enfin la liberté de conscience soit véritablement respectée. » souligne Lisiane Fricotté.


Le 10 décembre prochain les raëliens prendront un jour de congé et manifesteront pour l’instauration d’un « jour férié universel » dédié aux Droits de l’être humain.

mercredi 05 décembre 2012

 

A lire aussi sur ce thème: