Pages Menu
Categories Menu

Posted on 11 mar 2005 in Face aux médias

Violence à l’égard des raëliennes lors de la « Marche des femmes » à Montréal

Violence à l’égard des raëliennes lors de la « Marche des femmes » à Montréal

A une époque où il est devenu politiquement correct de ne pas s’en prendre aux  juifs , aux noirs ou aux homosexuels, la seule cible qui reste , le seul bouc émissaire possible, ce sont les minorités religieuses qui dérangent, en particulier les Raëliens…

Le 8 mars dernier, comme chaque année, une cinquantaine de raëliens et raëliennes ont manifesté leur soutien à une autre minorité qui a été largement brimée, les femmes, en participant à la marche organisée rue Ste Catherine à Montréal.

Véronique, responsable de l’organisation des anges raêliennes au Canada, une association de femmes qui ont pour vocation de développer leur féminité, raconte :
« Nous nous sommes confectionnées de beaux chapeaux car nous voulions exprimer notre féminité. Tout commence bien, malgré le froid, nous sommes solidaires des différentes associations présentes et nous remontons à contre courant la rue Ste-Catherine.  Puis au milieu du parcours un slogan est scandé dans un haut parleur  » A bas les Raëlien, A bas les Raëliens » Ce sont des associations et des individus qui prônent sur leurs pancartes et dans leurs discours  »le respect des droits des femmes », la tolérance, la non violence. Une mère délaisse même sa poussette et son enfant pour nous crier des méchancetés discriminatoires à l’égard de notre religion. Puis un attroupement se forme autour de nous et l’ensemble des manifestants présents nous scandent que nous n’avons rien à faire ici  » Vous êtes une secte et vous faites du recrutement nous n’avez rien à faire ici. »  Où sommes-nous? Et oui, nous sommes bien à une marche organisée pour les femmes par les femmes et pourtant, nous sommes au milieu d’une masse haineuse et intolérante »

Le Prophète Raël a déclaré aujourd’hui en prenant connaissance des faits :

« Combien de tous ces marcheurs replacés à l’époque où la haine contre ceux qu’ils prétendent défendre était politiquement correcte auraient bougé le petit doigt pour les protéger ? Combien auraient été des Schindler quand le nazisme était supporté par 80 % d’Allemands dans un consensus de la haine ?  Combien auraient manifesté pour les droits des femmes quand elles n’avaient aucun droit même pas celui de voter ? Il n’y a qu’à voir ce qui se passe dans les pays musulmans pour en avoir la confirmation…

Ces petits  héros du dimanche qui défilent en se sentant révolutionnaires  alors qu’ils défendent ce que tout le monde est prêt à admettre sont d’un ridicule qui n’a d »égal que leur stupidité et leur couardise. La preuve en est qu’ils sont prêts à haïr et même à inciter à la violence contre toute réelle minorité en difficulté qui se joindrait à eux. Pathétique. »

Les média de Montréal, 70 ans plus tard, réitèrent ce que leurs collègues allemands ont savamment concocté contre les juifs. Nul doute que dans leur cours de journalisme ils ont appris ce qui est advenu de  Julius Streicher condamné et pendu à Nuremberg en 1946, non pas parce qu’il avait tué quiconque, mais parce qu’en tant qu’éditeur du « Der Sturmer » il avait déversé sa haine dans des éditoriaux virulents qui avaient lentement mais sûrement deshumanisé le peuple juif rendant l’extermination qui a suivi plus facile pour les gens de la rue… »

vendredi 11 mars 2005

A lire aussi sur ce thème: