Pages Menu
Categories Menu

Posted on 3 oct 2012 in Face aux droits de l'homme

Discours des raëliens à l’Osce le 03 octobre 2012

Discours des raëliens à l’Osce le 03 octobre 2012

Contribution du Mouvement Raëlien Européen – Séance de travail 14 du 3 Octobre 2012:

Examen de la mise en œuvre des engagements en matière de promotion du respect mutuel et de la compréhension/ membres des autres religions

 

Monsieur le président, Mesdames, Messieurs,

Nous proposons dans cette contribution de vous résumer une analyse scientifique de la lutte contre les minorités religieuses en Europe francophone.

Cette lutte engloutit des sommes d’argent phénoménales et influencent depuis plus de 20 ans les politiques des autres pays francophones. De nombreux troubles à l’ordre public ont ainsi été générés dans ces pays suite à cette spécificité française.

Nous espérons ainsi que ce document vous aidera à vérifier et étudier sur place les graves manquements au respect des droits de l’homme qui sévissent en Europe francophone.

La lutte contre les minorités religieuses en Europe francophone commence en fait en France depuis la création de l’UNADFI en 1974 et se poursuit jusqu’à la création de la Miviludes en 2002 par le gouvernement français.

Constamment décrié par les spécialistes, nous sommes passés dans ce pays de la notion de lavage de cerveau à la notion de dérive sectaire en passant par la sujétion psychologique.

L’utilisation de la peur est le meilleur moyen pour influer sur l’opinion public qui n’a que faire de la réalité, seule sa sécurité compte. C’est ce que fait merveilleusement la Miviludes par les médias interposés, elle utilise abondamment la pression sociale et le conformisme en dénonçant les spécificités des minorités.

Pour ce faire, le mensonge, la calomnie, la diffamation, l’injure, qui sont autant d’atteintes aux droits des individus, vont être les instruments de la propagande et la manipulation de l’opinion public savamment orchestrée par la Miviludes. Mais non contente de s’arrêter là, elle utilise aussi le parjure devant les commissions parlementaires qu’elle se charge d’organiser.

Voici l’analyse globale et statistique des principales accusations relayées sur les minorités religieuses :

A) Les suicides collectifs

Ils existent mais leurs impacts sur le monde est quasi nul par rapport au nombre des suicides personnels.

- LIBERATION 15 JUIN 2011 : “ La mission de vigilance des dérives sectaires s’inquiète aussi des discours apocalyptiques qui se multiplient à l’approche de la fin 2012 et pouvant conduire à des suicides collectifs….”

- COURRIER DES MAIRES : “ La Miviludes alerte sur les discours apocalyptiques et les fausses thérapies anti-cancer…sur les risques « réels accrus » de suicides collectifs … leur permet d’asseoir « une emprise physique ou psychologique sur des individus, voire la captation de leurs biens financiers”. (http://www.courrierdesmaires.fr/actualite/france-la-miviludesalerte-sur-les-discours-apocalyptiques-et-les-fausses-therapies-anti-cancer-27014.html)

  - En fait on comptabilise :

1 582 morts par suicides collectifs en 34 ans, soit 47 MORTS PAR AN DANS LE MONDE (cf wikipedia)   

et 10 499 suicides individuels pour 2009 en France (cf infosuicide) 

Soit un total approximatif de 356 966 suicides en 34 ans en France. La part des suicides collectifs représente donc 0.15 % de la totalité des suicides en France sur 1 an et 0.0044 % en France sur une période de 34 ans

- Selon l’Organisation Mondiale pour la Santé en l’an 2000, environ 1 million de suicides et près de 20 million de tentatives de suicide  (cf site ouverture)

Soit un total approximatif de 34 millions de suicides pour 680 millions de tentatives de suicide en 34 ans dans le monde entier. La part des suicides collectifs représente donc 0.0047 % de l’ensemble des suicides dans le monde sur 1 an et 0.0046 % de l’ensemble des suicides dans le monde sur 34 ans. Le danger ne vient vraiment pas des suicides collectifs mais d’un mal de vivre collectif !

B) Le danger des enfants vivants dans les sectes

Ce danger est quasi nul par rapport aux enfants vivant dans une famille et un environnement « normal ».

- Selon Georges Fenech, « entre 50.000 et 60.000 enfants sont victimes de dérives sectaires en France » qui se traduisent par des « maltraitances physiques ou morales », et « 5.000 de ces enfants vivent en milieu fermé, familial ou communautaire ». Pour lui, il s’agit d’un « drame national silencieux”. http://www.lacroix.com/afp.static/pages/101014115902.e05o8ok5.htm

  Une vidéo sur Internet « La grande arnaque de la Commission parlementaire sur les Sectes » nous apprend ce qu’est la mauvaise foi de la part de la MIVILUDES, en date des 06,17 et 18 octobre 2006, sous titrée « Pour ceux qui se demandent comment l’actuel Président de la Miviludes, Georges Fenech, fait pour soutenir qu’il y aurait 60 000 enfants en danger à cause de ce qu’il appelle les sectes… » http://www.sapientia-portail.net/La-grande-arnaquede-la-commission-parlementaire-sur-les-sectes_a1113.html

  En 8 minutes, les chiffres officiels nous sont donnés par 5 ministères concernés :

- Didier LESCHI, chef du Bureau des Cultes, Ministère de l’Intérieur et de l’aménagement du Territoire : « pas de cas mettant la vie des enfants en danger »

- Jean-Yves DUPUIS, Inspecteur Général, Ministère de l’Education Nationale et de la Recherche : « 8 cas sur 19 000 recensés »

- Etienne MADRANGE, Directeur de la Jeunesse et de l’Education Populaire, Ministère de la Jeunesse, des Sport et de la Vie Associative : « pas de cas en trois ans »

- Madame SANCI, Protection Judiciaire de la Jeunesse, Ministère de la Justice, « cette problématique est extrêmement marginale »

- Françoise LE BIHAN, Directrice adjointe du service des français à l’étranger et des étranger en France, Ministère des affaires Etrangères : « 2 seuls dossiers en rapports avec une « secte »». Soit 10 cas sur 440 000 enfants maltraités en 1 an Soit 0,0022 % en rapport avec un comportement sectaire. Alors, ou se situe vraiment le problème ?

C) Le danger des médecines douces

Ce danger est quasi nul face aux maladies nosocomiales et iatrogènes du à la médecine conventionnelle.

La MIVILUDES a peur parce qu’elle reconnaît que 4 français sur 10 ont recours aux médecines dites alternatives.

http://www.miviludes.gouv.fr/quest-ce-quune-d%C3%A9rive-sectaire/o%C3%B9-la-d%C3%A9celer/sant%C3%A9

Le 26 octobre 2010, elle affirme que « les sectes prolifèrent dans le domaine de la santé » Voté pour lutter contre les dérives sectaires, le texte avait suscité bien des interrogations quant à son application. … Ses dispositions ont débouché à ce jour sur trente-cinq condamnations et sur une centaine d’affaires à l’instruction.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2011/10/26/15147-sectes-proliferent-dansdomaine-sante

 Et pourtant pour les maladies nosocomiales :

- « Dans les hôpitaux français, un lit sur dix est occupé par une personne souffrant d’une infection nosocomiale. Ces maladies affectent 800 000 personnes chaque année, causant quelque 10 000 décès . »

http://www.chambon.ac-versailles.fr/science/sante/immu/noso.htm

Et pour las maladies Iatrogènes :

- 150 000 hospitalisations annuelles et aux 15 à 18 000 morts dues à des accidents provoquées par des médicaments munis de l’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché). Les « sectes » n’ont bien évidemment rien à voir avec cette misère… »

http://www.sylviesimonrevelations.com/article-fenech-de-la-miviludesinvesti-par-l-ump-pourquoi-ne-s-attaque-t-il-jamais-aux-vrais-dangers-et-s-99219570.html

Oui, les effets secondaires des prises de médicaments sont très importants et L’AMM ne s’inquiète pour les victimes liées au sang contaminé, à l’amiante, à l’hormone de croissance, à la vache folle, les mensonges des laboratoires responsables de milliers d’accidents, la plupart mortels, comme celles du Médiator et des prothèses mammaires, etc….

Près de 150 000 hospitalisations et près de 800 000 personnes affectées, soit 950 000 malades imputables au seul fait de la Médecine conventionnelle.

1,46 % de la population souffrent du seul fait la Médecine conventionnelle.

540 000 personnes meurent annuellement en France, dont 10 000 par infections nosocomiales et 13 000 par maladies iatrogènes, soit un total d’environ 23 000 morts par an en France, ce qui représente 4,25 % de la mortalité française : 5 fois plus de morts que par la route !!!

La MIVILUDES a recensé près de 35 condamnations et sur une centaine d’affaires à l’instruction sur plusieurs années. Très peu de malades et de morts sont comptabilisés sur le compte des Médecines Douces et des Nouvelles Thérapies. Si le nombre était plus élevé, nous ne doutons pas un instant que la MIVILUDES aurait déjà communiqué sur ces chiffres !

De son aveu même : « Les dangers et les dérives du marché conventionnel de la guérison et du bien-être tiennent notamment à l’absence d’évaluation indépendante et rigoureuse des méthodes et des formations qui excluent explicitement ou de fait les traitements médicaux alternatifs. »

http://www.miviludes.gouv.fr/quest-ce-quune-d%C3%A9rive-sectaire/o%C3%B9-la-d%C3%A9celer/sant%C3%A9

D) Le danger de l’infiltration des sectes dans la formation professionnelle

Ce danger et son impact sur les entreprises sont quasiment nulles.

- « Quelque 500 à 600 mouvements sectaires sont établis en France, profitant notamment du marché florissant de l’épanouissement personnel, révèle Georges Fenech, président de la Miviludes, dans son rapport annuel sur les sectes publié mardi. » http://www.europe1.fr/Societe/Un-tiers-despsychotherapeutes-viennent-des-milieux-sectaires-57567/

 - Entre 1.200 et 1.500 organismes de formation professionnelle seraient liés à un groupe sectaire…Le président de la Miviludes publie un guide pratique afin de déceler les dérives sectaires au sein des formations professionnelles, identifie « deux secteurs à risque ».

Le premier est celui « de la santé et des pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique » et le second celui des « formations dites « comportementales » où 10 % des formations délivrent un « contenu sujet à caution et/ou en lien avec un mouvement d’origine sectaire ».

 La ministre de la Formation professionnelle Nadine Morano est intervenue pour annoncer … un « renforcement des contrôles » pour traquer les « dérives sectaires ». Elle a rappelé que les 4.000 contrôles menés en 2010 avaient donné lieu à « 40 annulations de déclarations d’activité » et que dans 60% des cas, les organismes s’étaient vu signifier un rappel à la loi ou une mise en conformité. » (cf site)

 Mais nous sommes bien loin de l’enquête et des chiffres donnés par Bernard Dréano de la, DGEFP (direction générale de l’enseignement et de la formation professionnelle). Peu de dérives sectaires, mais beaucoup d’arnaques aux « formations fantômes » ont constatées en 2011 !

« 800 contrôles dans le domaine de la formation comportementale en 2011.

Un domaine dans lequel perdurent beaucoup d’idées reçues, souvent fausses, notamment en matière d’endoctrinement sectaire.

En dépit des annonces de certains responsables politiques sur les dérives sectaires dans la formation professionnelle, les presque 800 contrôles de la DGEFP n’ont abouti qu’à l’identification que d’un seul organisme assimilable à une secte et quatre ou cinq dont l’activité relevait de l’exercice illégal de la médecine, lesquels ont été signalés aux services du Procureur. Après contrôle, il s’est avéré qu’un quart des organismes agissant dans le domaine des loisirs, du bien-être ou de la thérapeutique n’avaient rien à voir avec la formation professionnelle et ne pouvaient s’en prévaloir »

http://www.formation-continue.fr/article.php3?id_article=757&var_recherche=sectaire

 

1 organisme sur 45 000 ! Le risque de la dérive sectaire de 0,0045 % est réel ..

 

La communication de la Miviludes est bien orchestrée. Par exemple celle de février 2012 en organisant un colloque sur « Prévenir et lutter contre les dérives sectaires dans la formation professionnelle », les médias relayent et déforment volontairement les propos.

Le mot « secte » qui est une injure, va envahir l’espace médiatique pour stigmatiser l’opinion publique sur la dangerosité des sectes. En psychologie, cela s’appelle un biais cognitif de confirmation. On confirme un fait qui n’est pas avéré et tout le monde considère que cela est la vérité. L’opinion publique est bien « biaisée ».

Nul n’osera porter la contradiction sous peine de se voir affliger de collaboration avec les « sectes ».

La MIVILUDES fait croire à l’Opinion public que les actions et les comportements des « sectes « sont dangereux. Ses propos calomnieux incitent à discrimination et à la haine par l’intermédiaire des Médias.

Ces faits troublent la Tranquillité publique et l’Ordre Public d’une façon concertée et organisée ! Elle utilise elle-même les méthodes qu’elles dénoncent comme étant des dérives sectaires !

Combien de fois la MIVILUDES et ses membres vont-ils encore enfreindre la Loi et le Droit ?

Quand le Législateur prononcera-t-il enfin sa dissolution ?

Quand le Législateur entamera-t-il des procès contre les membres de cette commission et ses commanditaires pour :

  • · Atteintes aux droits et libertés
  • · Trouble à l’ordre public
  • · Délits en bandes organisées ?

En fait, qui sont vraiment les victimes de cette outrageuse machination ?

Les nouvelles Minorité Philosophiques ?

Les nouvelles Thérapies alternatives ?

Les nouvelles méthodes de développement personnel ?

Non, seulement l’Opinion Public !

La MIVILUDES pousse à discriminer, diffamer, calomnier et haïr les nouvelles minorités ! Ce qui est bien à l’opposé de la volonté des droits de l’homme qui font l’éloge de la bienveillance d’une société humaine et la protection des peuples contre l’arbitraire et l’oppression !

Nous devons sans cesse nous rappeler que la secte n’existe pas, n’a pas de définition légale. La présomption d’innocence est la base d’une Justice équitable !

 

Comme le démontre les neurosciences, la peur orchestrée par la MIVILUDES, permet de chloroformer l’Opinion Publique en la soumettant à sa propre Autorité !

La MIVILUDES tombe ainsi sous le coup de la Loi About-Picard, élargissant l’article 313-4 du code pénal réprimant  » l’abus frauduleux de l’état d’ignorance ou de la situation de faiblesse  » de l’Opinion Public.

Conformément aux Droits de l’Homme, c’est à chaque individu de demander à son gouvernement de rendre comptes de son administration et de ses atteintes aux droits !

Comme le dit Albert Einstein : « Le monde est un endroit dangereux, non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent sans rien faire ».

Plus que jamais, le Mouvement raëlien réaffirme ses valeurs fondamentales que sont le respect de la vie, des individus, des libertés. Mais surtout réaffirme une valeur commune aux plus grand nombres : les droits de l’homme comme barrière à la tyrannie, l’oppression, l’ignorance. Nous nous levons pour que plus jamais quelqu’un puisse dire qu’il ne savait pas.

E) Le danger des écrits religieux

Le Mouvement Raëlien souhaite que la mission de l’OSCE en matière de respect de la liberté de religion et de conscience soit élargie afin que toutes les organisations, qui interviennent à l’OSCE, s’engagent à soumettre leurs écrits religieux, philosophiques et politiques à un comité de lecture vérifiant que ces écrits respectent parfaitement les droits de l’être humain.

Dans le cas contraire I’OSCE pourrait proposer ou demander à ces organisations de modifier leurs écrits.

Un comité de lecture pourrait a cet effet s’appuyer sur le travail effectué par des ordinateurs (recherche par mots-clefs et autres méthodes informatiques).
Ainsi, les passages de ces écrits religieux, philosophiques et politiques ne respectant pas les droits de L’Homme devraient être supprimés et de nouveaux écrits devraient être rédigés.

A défaut, les ONG en question ne seraient pas habilités à s’exprimer dans le cadre de l’OSCE. L’OSCE pourrait ainsi démontrer sa véritable volonté d’être un acteur majeur pour un changement positif afin que cessent les injustices & violations des droits de l’Homme en Europe en matière de liberté d’expression et de conscience.

Parallèlement, l’OSCE pourrait soumettre cette proposition à l’ONU afin que cette pratique de vérification des écrits religieux, philosophiques et politiques examinés à la lumiere des droits de I’Homme soit aussi soumise aux ONG de I’ensemble des pays signataires de la Charte Universelle des Droits de L’Homme afin de promouvoir la non-violence dans le monde.

Nos recommandations sont toujours les suivantes :

1. L’arrêt du financement français des mouvements anti-sectes, par les contribuables.

2. La dissolution de la MIVILUDE et du CIAOSN.

3. La suppression de l’arsenal législatif antisecte dont la loi about picard.

4. L’interdiction de l’usage des termes « sectes » et « sectaires » dans tous les nouveaux documents officiels et administratifs, pour être remplacés par des locutions non ambiguës.

5. L’arrêt de la formation spécifique de tout fonctionnaire (magistrat, policier, gendarme, enseignant, éducateur etc.) pour lutter contre les prétendues sectes.

A lire aussi sur ce thème: