Le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario vient de condamner le Conseil scolaire catholique franco-nord de l’Ontario (CSCFNO) pour discrimination contre Daniel, Michel et Sylvie Chabot, respectivement Évêque et Prêtres de la Religion Raëlienne.

En novembre 2006, la direction du Conseil scolaire catholique franco-nord de l’Ontario (CSCFNO) signe avec la firme de formation des requérants, l’Académie de plaisirologie et d’intelligence émotionnelle (APIE), des contrats de plusieurs sessions de formation en pédagogie émotionnelle pour son personnel enseignant. En janvier 2007, la direction du CSCFNO apprend que Daniel, Sylvie et Michel Chabot sont membres de la Religion Raëlienne et décide de mettre fin aux contrats. De plus, des preuves allèguent que la direction du CSCFNO a avisé plusieurs autres Conseils scolaires de l’Ontario de ne pas faire affaire avec l’APIE car ses propriétaires sont Raëliens. Il n’en fallait pas plus au Tribunal des droits de la personne de l’Ontario pour conclure que le CSCFNO a commis un geste discriminatoire. Le jugement du Tribunal est on ne peut plus clair : « Sur la base des documents déposés par les parties, le Tribunal conclut qu’il y a eu discrimination selon l’article 3 du Code, et ce au motif de la croyance. L’intimé a mis fin à des contrats de service en raison de la croyance des requérants. » Voir le site

Voici ce que déclare Daniel Chabot : « cela fait des années que nous dénonçons de tels actes discriminatoires contre des membres de la Religion Raëlienne. Nous avons déposé des dizaines de plaintes devant la Commission des droits de la personne et les tribunaux du Québec, et la grande majorité a été tout simplement rejetée. Nous avons dû nous rendre au bureau  du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté de religion ou de croyance pour dénoncer ce manque d’intégrité des instances juridiques du Québec. Il nous aura fallu 17 ans de combats et une affaire devant le Tribunal des droits de la personne de l’Ontario pour être enfin entendus. Quelle bonne nouvelle que ce jugement rendu le 10 décembre 2010, la Journée mondiale des droits de l’Homme. » Les Raëliens ont célébré cette décision qu’ils ont reçu le jour même de leur grande fête du 13 décembre, commémorant la première rencontre de Raël avec les Élohim, ces extra-terrestres à l’origine de toute vie sur terre.

 Montréal, le 15 déc. 2010