James R. Lewis est une référence majeure dans le domaine des nouvelles religions. Il enseigne actuellement à l’Université du Wisconsin Milwaukee. Ses nombreuses publications incluent: The Oxford Handbook of New Religious Movements, Legitimating New Religions, et The Encyclopedic Handbook of UFO Religions.

Une doctrine séduisante

Tenter d’analyser la philosophie raëlienne et d’évaluer jusqu’où les raëliens la mettent en pratique dans leur vie de tous les jours n’est pas chose simple. Je doute que tous ceux qui s’en réclament soient à la hauteur du potentiel qu’elle renferme. Chacun étant libre d’agir à sa guise, je suis même persuadé que certains d’entre eux continuent de souffrir de déséquilibres psychologiques ou de faire des choses aptes à nuire à leur développement. Néanmoins, les enseignements de Raël constituent une porte ouverte sur un monde dans lequel chacun a la possibilité d’être différent et d’agir différemment, en vue de s’améliorer en permanence. C’est en quelque sorte une très séduisante invitation à faire preuve de créativité, à sortir des sentiers battus et à agir selon ses désirs… Bref, une telle philosophie a vraiment de quoi plaire!

Menace perceptible

Pour diverses raisons, bon nombre de religions nouvelles provoquent des réactions d’hostilité autour d’elles. Cela s’explique dans la mesure où les gens qui ont reçu une éducation religieuse éprouvent habituellement un sentiment de culpabilité lorsqu’ils cessent d’être pratiquants. Toute forme d’engagement religieux représente dès lors une menace à leurs yeux. Ayant édifié leur vie tout entière sur de fragiles fondations ou faute d’avoir des convictions propres à les rendre pleinement heureux, ils perçoivent tout individu qui mène un style de vie radicalement différent du leur comme une menace potentielle. C’est d’autant plus vrai dans le cas du Mouvement Raëlien que ses membres ont l’air de gens heureux qui n’arrêtent pas de s’amuser, de s’éclater, de vivre pleinement leur sexualité. «Tout cela est bien beau, se dit-on alors, mais, si je prends part à leurs activités, cela équivaut pour moi à tirer un trait sur les dix dernières années de ma vie. C’est une chose que je ne peux absolument pas me permettre à cause des énergies que j’ai investies tout ce temps-là dans des conneries.»

Sexualité et sensualité

En ce qui a trait à la méditation sensuelle, la sexualité ne représente pour moi qu’un aspect de la sensualité. Elle est loin d’évoquer ce concept dans sa totalité. Lorsqu’ils entendent « méditation sensuelle », les gens imaginent quelqu’un en train de méditer en tenant son sexe à la main, ou quelque chose du genre. Si nous sommes si obsédés par le sexe, c’est parce qu’il existe encore énormément de tabous à ce sujet. C’est pourquoi les gens accordent tant d’attention à cet aspect des enseignements de Raël. Si nous vivions dans un autre type de société, notre esprit serait moins accaparé par cette question.

Éveil des sens

D’après Raël, plus un individu éveille ses sens, plus il stimule son intelligence; cela lui permet d’accroître son niveau d’intelligence et son degré d’épanouissement. Or, de tels préceptes reposent sur des données scientifiques. Il a en effet été démontré que certaines connexions ne se font pas dans leur cerveau lorsque de petits enfants sont privés de certains stimuli. À l’inverse, plus ils sont exposés à différents stimuli, plus le nombre de connexions augmente dans leur cerveau et mieux ils sont en mesure de réfléchir. Raël, lui, va plus loin en affirmant que le même principe s’applique aux adultes.

Organisation farfelue

Les gens entendent généralement parler du Mouvement Raëlien pour la première fois par la voie des médias. Or, même lorsque ces derniers s’efforcent de présenter adéquatement cette organisation, ils ont tendance à mettre l’accent sur ses aspects sensationnalistes et, même lorsqu’ils évitent de se montrer trop irrévérencieux, à en faire ressortir le côté loufoque et quelque peu excentrique. Nous avons eu une discussion en classe après que mes étudiants eurent consulté le site du Mouvement, visionné des extraits de vidéos raëliennes et lu un article écrit par Susan Palmer, et ils n’en revenaient tout simplement pas. Car, même si tout cela leur était présenté de manière objective, puisqu’une partie de la documentation provenait du Mouvement lui-même et qu’ils ont aussi pu écouter Raël en entrevue, ils se demandaient comment il était possible de croire à de telles balivernes. Avant de sauter aux conclusions, il m’apparaît indispensable, selon mon expérience personnelle, de faire la connaissance d’un ou plusieurs raëliens, c’est-à-dire de rencontrer ses représentants en chair et en os avant de pouvoir apprécier cette philosophie sous un jour favorable. À défaut de quoi cela reste un simple mouvement farfelu et rigolo.

Une conception saine de la sexualité

Je ne connais aucune religion qui ait de la sexualité une conception plus saine que celle des Raëliens. Toute tentative d’opprimer les pulsions sexuelles conduit inévitablement à des aberrations. Imaginez si, par exemple, le Mouvement Raëlien donnait comme consigne à ses membres d’avoir plusieurs partenaires sexuels ou leur imposait d’avoir au moins six orgasmes par jour, ou quelque chose du genre, pour être considérés comme de bons raëliens! Heureusement, le Mouvement Raëlien ne commet pas l’erreur de dicter leur comportement sexuel à ses membres. Nul doute qu’il existe des groupes où les célibataires sont victimes de discrimination. Le Mouvement Raëlien fait donc preuve de bon sens en laissant ses membres libres de pratiquer le célibat, de choisir d’avoir plusieurs partenai- res sexuels, voire de devenir transsexuels. Je reste persuadé que les nouveaux raëliens en profitent pour se défouler quelque peu au début, pour ensuite se calmer et se livrer à des activités sexuelles mieux adaptées à leur véritable nature. Mais rien ne les oblige à passer d’un extrême à l’autre, à se cantonner au milieu ou à faire quoi que ce soit d’autre.

Culte à la science attrayant

L’appui inconditionnel du Mouvement Raëlien à la science reste, à mon avis, sa principale qualité. Si les esprits rationalistes parvenaient à surmonter leurs objections concernant la théorie de l’évolution, le Mouvement Raëlien réussirait à séduire énormément de non-croyants en quête de nouveauté.

Plaidoyer pour un monde meilleur

Il y a selon moi beaucoup de sincérité dans les propos humanistes que tient Raël, au point d’ailleurs où même les non-raëliens sont susceptibles de s’y retrouver lorsqu’il plaide en faveur d’un monde meilleur. Je crois même qu’il obtient déjà un certain succès en ce sens lorsqu’il aide ses adeptes à réinventer leur vie. Raël affirmerait sans doute qu’il ne fait que suivre les directives des Élohim : «Voilà ce qu’ils m’ont demandé, je vais donc diffuser leur message.» N’étant pas raëlien, il est difficile pour moi d’émettre un commentaire à ce sujet. Mais même si ma conception des Élohim ne coïncide pas avec celle de Raël, je ne doute pas pour autant de sa bonne foi. J’ignore si les Élohim existent réellement ou s’il a fini par se persuader de leur existence mais, quoi qu’il en soit, je sens que Raël est un être débordant de sincérité.

Propos sensés

Lorsque nous avons regardé l’entrevue de Raël, j’ai dit à mes étudiants: «Ne le jugez pas d’après son apparence insolite; écoutez plutôt ce qu’il a à dire et vous constaterez que certains de ses propos sont pleins de bon sens

Un être profondément bon

Mes impressions concernant Raël sont partagées. Dans l’ensemble, il est quelqu’un de très sympathique. Si je devais rester coincé cinq ou six heures aux côtés de la même personne à bord d’un avion, j’apprécierais avoir Raël comme voisin, car c’est un être rempli d’humour et de compassion. D’après ce que j’ai pu lire ou voir de lui, je le perçois ou je l’imagine comme quelqu’un de très bon. Même si l’on ne croit pas en l’existence des Élohim, il y a beaucoup de bien-fondé dans ses propos. Quand il invite les gens à cultiver leurs différences, leur originalité, son message est incontestablement universel. Nous devrions effectivement rechercher ce qui nous apporte le bonheur et tâcher de fuir ce qui nous rend malheureux. Ses commentaires sur les drogues sont aussi pleins de bon sens : elles rendent en quelque sorte service à celui qui est sans espoir et dont la vie a perdu tout intérêt ; on ne devrait sevrer ceux qui en sont dépendants que si, en échange, on est en mesure de leur apporter un peu d’espoir, de leur laisser entrevoir un avenir meilleur et de les aider à redonner un sens à leur vie. Voilà autant d’idées propres à toucher les esprits, car elles constituent une analyse intelligente et perspicace de la réalité, et ce indépendamment de ce qui, par ailleurs, peut sembler étrange et difficilement admissible dans les autres propos de Raël. L’essentiel de son enseignement reste donc foncièrement bon.

Une question de vraisemblance

Je me demande pourquoi les gens ont tant de difficulté à accepter l’idée que nous ayons été créés par des extraterrestres. Je ne crois pas qu’ils rejettent comme telle la notion voulant que des êtres humains puissent en créer d’autres ou qu’une société technologiquement avancée ait pu nous créer en laboratoire. Ce n’est pas totalement inconcevable, après tout. Le problème, c’est que cela semble relever un peu trop du domaine de la science-fiction. Autant il est «cool» d’imaginer que nos créateurs puissent être des visiteurs de l’espace, autant cela paraît insensé dans la mesure où cette hypothèse ne correspond pas du tout à ce qu’on nous a appris à l’école au sujet de l’évolution ou dans nos cours d’instruction religieuse. Ces deux derniers concepts exercent une très forte influence sur les individus : ou ils sont très croyants, ou ils ne le sont pas du tout. Beaucoup d’athées admettent la théorie de l’évolution, car elle leur permet de jeter la religion aux orties. Elle est un peu la pierre angulaire d’un édifice intellectuel qui permet d’expliquer l’apparition de la vie sans avoir à faire appel à une intervention divine. Les esprits rationalistes tiennent par conséquent mordicus à conserver la théorie de l’évolution, car elle leur sert depuis fort longtemps de fer de lance dans leur lutte contre la religion.

Les humains restent donc fortement attachés, selon le cas, à leurs explications scientifiques ou à leurs convictions religieuses. Cela fait partie intégrante de leur mode de pensée. Mais l’idée que des extraterrestres nous auraient créés ne m’apparaît pas invraisemblable en soi, pas plus à moi qu’à d’autres.

Tendance au conformisme

À mon avis, les forces qui poussent les gens au conformisme sont nombreuses, dans nos sociétés modernes. Une certaine dose de confor- misme n’est pas mauvaise en soi – il en faut bien un minimum, ne serait-ce que d’avoir un langage commun pour pouvoir communiquer entre nous. Mais, ces considérations mises à part, la tendance actuelle au conformisme est carrément malsaine. Les médias y sont assurément pour quelque chose: ils poussent les gens à consommer tel ou tel produit censé faire d’eux des êtres merveilleux. Il en résulte que tous s’habillent pareil et font les mêmes choses. Or, lorsque les gens cessent de se poser des questions avant d’agir, cela donne la guerre en Irak et des horreurs du genre. Cette forme extrême de conformisme a de quoi faire frémir!

Risque de totalitarisme

Être conformiste équivaut à cesser de réfléchir par soi-même et à se laisser porter par le courant dominant parce que c’est plus confortable que de ramer à contre-courant. Nous sommes pathologiquement dépendants de la société et il faut fournir un effort considérable pour échapper à cet état de dépendance. Une telle vision du futur n’est guère réjouissante ; pourtant, si ça continue, pareil conformisme risque de déboucher sur une forme quelconque de totalitarisme.

Les raëliens font des envieux

Les gens éprouvent une certaine envie à l’égard des groupes et des gens dont ils ont l’impression, justifiée ou non – dans le cas du Mouvement Raëlien, cette impression me semble justifiée –, qu’ils agissent selon leurs désirs.

Potentiel de croissance

Il m’arrive de pouvoir prédire si certains groupes minoritaires vont prendre de l’ampleur ou non. Mais, dans le cas du Mouvement Raëlien, je ne saurais dire. Certes, celui-ci a atteint une taille respectable et continue de progresser. Les médias lui ont fait beaucoup de publicité qui lui a été généralement profitable, notamment en ce qui concerne le clonage et divers autres sujets. Il prend par conséquent de l’expansion, mais j’ignore quel est son véritable potentiel de croissance. Il pourrait se développer très rapidement par suite d’un engouement soudain, tout comme il pourrait se maintenir à son niveau actuel.

Altérations improbables

L’enseignement de Raël est fondamentalement bon. On ne peut que très difficilement le transformer en une doctrine susceptible de présenter un danger quelconque. Beaucoup de religions enseignent des choses propres à susciter l’intolérance, non pas qu’elles soient foncièrement intolérantes, mais parce que leurs enseignements peuvent être interprétés en ce sens. Quelques religions traditionnelles incitent les gens à réprimer leurs pulsions naturelles, lesquelles se manifestent ensuite d’étrange façon, provoquant même des désordres psychologiques chez certains. Prenons les religions qui existent de par le monde: peut-être ne sont-elles pas foncièrement violentes, mais on interprète parfois leurs dogmes de manière à justifier une certaine violence. Or, il serait difficile de déformer le message raëlien au point d’en faire un outil de propagande servant à justifier le meurtre ou l’asservissement d’autres êtres humains. La race humaine a certes une propension naturelle àdénaturer les choses, mais il n’empêche que, dans ce cas particulier, le risque me paraît faible.

Mouvement coloré mais inoffensif

Parmi les nombreuses religions que j’ai pu étudier – et dont la majorité ont un caractère inoffensif –, le Mouvement raëlien m’apparaît comme l’une des plus pacifiques et des moins aptes à encourager ses fidèles à commettre des actions préjudiciables. Certes, il s’agit d’une organisation très colorée qui attire inévitablement l’attention et qui cherche d’ailleurs à se faire remarquer. Organiser une conférence sur la masturbation, par exemple, c’est conçu exprès pour attirer l’attention, quand ce n’est pas pour scandaliser! Cela fait partie des aspects pittoresques du Mouvement Raëlien, mais je ne vois rien là-dedans qui puisse présenter un danger éventuel pour la population en général ou pour les raëliens en particulier.

Extraits – Lire l’intégralité de l’article dans le livre « Fiers d’être raëliens » p34 à p40

Télécharger le livre gratuitement

D’après une entrevue réalisée en août 2004