Pages Menu
Categories Menu

Posted on 19 sept 2014 in Face aux experts

Conférence d’Anne Morelli à Bruxelles

Conférence d’Anne Morelli à Bruxelles

Le 10 septembre 2014 à Bruxelles dans les magnifiques locaux de la Scientologie, se tenait une conférence d’Anne Morelli, célèbre historienne spécialisée dans l’histoire des religions.Anne_Morelli_0914

Elle a notamment écrit le livre « Lettre ouverte à la secte des adversaires des sectes ».
Anne Morelli défend depuis des décennies l’idée simple contre vents et marées que la frontière qui serait supposée séparer les religions et les sectes est impossible à tracer.
Le terme de secte étant péjoratif, il serait préférable de parler de minorité religieuse ou de jeune religion mais dans la suite du texte puisqu’il s’agit du thème de l’article, les termes religion d’un côté et secte de l’autre seront utilisés.

Conférence

Pendant plus d’une heure, Anne Morelli nous a exposé ses arguments en commençant par rappeler qu’elle animait cette conférence sans aucune contrepartie financière et donc qu’elle se sentait comme toujours libre de ses propos.
Au début des années 1990, Anne Morelli a entrepris de lancer une enquête avec ses étudiants sur le thème de la différence entre secte et religion.
Différents étudiants ont participé librement aux différentes activités de ces mouvements religieux quelque  soit leur taille. Puis une synthèse de toutes ces expériences a été réalisée donc voici quelques constatations :

Constatations

Les sectes ont souvent un nombre de participants décrit comme pléthorique par les médias mais les observations d’Anne Morelli sont que leur nombre est outrageusement gonflé par les médias mais aussi gonflé par les groupes religieux eux-mêmes !
Quand des réunions sont organisées, les responsables de ces sectes constatent des effectifs moins nombreux que prévu ou que d’habitude et cherchent même des explications rationnelles à cette diminution momentanée.
Le public qu’elle a rencontré est toujours décrit par les responsables religieux comme englobant toutes les couches sociales mais Anne Morelli n’est pas tout à fait d’accord avec ce schéma même si elle constate de la diversité.
En ce qui concerne les rites, méditations et manifestations de foi, même si on observe des différences de ‘style’, il n’y a pas de différences notables sur le fond si on prend un peu de recul.

Les préjugés

Les sectes subissent un nombre incroyable de préjugés alors que les mêmes faits sont jugés positivement pour les religions :

Membre : Quand il s’agit d’une religion on nomme ceux qui la composent des fidèles mais pour une secte ce sont des adeptes.

Habillement : Les religieux portent des costumes liturgiques et des symboles de leur foi, les sectaires portent des déguisements et des colifichets.

Argent : Quand une église en possède cela est considéré comme un honneur, s’il s’agit d’une secte c’est considéré comme suspect. L’étude montre que ce n’est pas un critère de différenciation.

Scandale : A priori dans l’opinion seules les sectes sont objets de scandales néanmoins l’étude montre que les religions génèrent autant sinon plus de scandales.

Lien avec la politique : Le fait d’être en politique avec une étiquette religieuse est très commun mais si une femme ou un homme politique est suspecté défendre les idées d’une secte, c’est un évènement scandaleux.

Conditionnement : En un sens l’éducation pour Anne Morelli est déjà un conditionnement. A ce sujet, elle nous montre sa photo de communiante. Si une secte obligeait à procéder comme l’église catholique le fait dans ces circonstances, on parlerait de pratique de conditionnement de la personnalité inacceptable. C’est la même idée pour ce que l’on nomme lavage de cerveau.

Conversion : Si le fait pour une personne d’adhérer spontanément à une croyance religieuse est vu positivement, cela se traduit parfois par un changement de nom, de costume, de coiffure, … Mais si ces changements ont lieu dans une secte, c’est considéré comme extrêmement négatif.
Exemple : foi musulmane (changement de nom)

Coupure du monde : Les sectes sont représentées comme un risque de coupure du monde extérieur or de nombreux participants à ces minorités religieuses sont parfaitement intégrés à la société. D’autre part, que penser des moines comme les chartreux par exemple ? La encore, différence de jugements suivant les cas.

Suicide : Les martyrs des religions sont honorés. Dans le cas des sectes c’est diabolisé.

Suicide collectif : Le cas du temple solaire est souvent cité mais en raison de nombreux éléments troublants, la thèse du suicide collectif ne peut être retenue sans une nouvelle enquête.
Le suicide collectif historique des juifs de Massada n’est pas considéré comme inhérent à la philosophie de la religion juive. Mais dans le cas des sectes, on prétend que c’est un comportement habituel même si la réalité ne le prouve pas.

Nombre de victime parmi les religions ou les sectes : Le regard est encore biaisé au détriment des sectes mais la vérité des chiffres pèse largement du côté des religions.

Logique : Anne Morelli renvoie dos à dos toutes les théories et ne trouve pas plus de logique à la croyance de la virginité de la vierge marie pendant son accouchement, qu’à la croyance de la réalité d’un esprit immortel dans notre corps ou bien de la venue sur Terre de civilisations extra-terrestres.

Incantation : Certains récitent inlassablement des mantras bouddhistes ou Hare Krishna et d’autres pratiquent des répétitions constantes comme chez les chrétiens orthodoxes.

Travail : il n’y a aucun refus de participer au travail de la société dans les sectes sauf s’il s’agit d’un jour religieux ou d’un emploi inapproprié à leurs philosophies. Le refus de travailler le samedi chez les adventistes est à comparer avec le refus pour un musulman de travailler dans une charcuterie.

Refus de soins : Les témoins de Jéhovah sont connus pour leurs réticences au recours à la transfusion sanguine mais contrairement aux rumeurs, aucun enfant témoin de Jéhovah n’est mort du fait de l’absence de transfusion. Au final si l’urgence le commande, les parents TJ suivent l’avis médical.

En conclusion de l’exposé

Anne Morelli  constate qu’entre sectes et religions, il y a toujours deux poids deux mesures mais son étude montre que c’est équivalent.
Elle a une grande difficulté à trouver la séparation précise entre les deux : « La frontière entre secte et religion est une frontière imaginaire. »

Questions  du public

De très nombreuses questions ont été posées à Anne Morelli. Voici un résumé de ses réponses :

Quelle a été la réaction des étudiants ?
Les étudiants qui ont participé à ces mouvements religieux sont revenus sans problèmes et contents de ce qu’ils avaient vu au grand étonnement de leurs collègues ! Ils n’ont pas constaté de problèmes particuliers même sur le plan sexuel souvent montré du doigt par les médias.

Quelle a été la réaction des parlementaires ?
Ainsi que d’autres enseignants universitaires, j’ai fait partie de la commission parlementaire en Belgique qui a enquêté sur les sectes. Mais je ne voyais pas comment trouver des critères pour distinguer les sectes des religions. Du coup la conclusion de la commission a été de déclarer que les universitaires ne comprenaient rien à la question des sectes !

Y a-t-il un danger avec l’enseignement ?
L’exemple des écoles Steiner est frappant : Considéré comme un système pédagogique honorable et subventionné au nord de Bruxelles, ces écoles sont au sud de Bruxelles considérées comme une secte dangereuse par le ministère de l’éducation nationale francophone !

Quel phénomène produit cette lutte contre les sectes ?
La chasse aux sectes est surtout européenne. Les Etats-Unis par exemple ne présentent pas les mêmes difficultés. Aux U.S. c’est surtout être athée qui semble étonnant.
Dans l’histoire, la religion catholique a souvent ‘fait le ménage’ face aux autres religions naissantes. Mais avec le temps, elle a été obligée d’adopter une attitude plus mesurée et d’accepter le pluralisme. Mais comme le gâteau représentant les fidèles se réduit de plus en plus, elle a été amené à réagir contres les sectes comme contre des concurrents.

Réflexion d’un participant :
Un participant à la conférence a déclaré son admiration du fait qu’Anne Morelli ne fait pas partie d’une minorité religieuse et ne défend pas ses propres intérêts mais l’amour de la liberté de croyance.

Est-ce que le monde politique pourrait être considéré comme étant une secte ?
Mon étude se limite au domaine spirituel.

Le rapport avec le pouvoir ?
Religion = secte + pouvoir. Une religion c’est une secte qui a du pouvoir.

L’avenir des sectes, quelles sont vos prévisions ?
L’avenir est difficile à estimer. Tout est possible. Certaines religions minoritaires ont évolué positivement (ex : Armée du salut, militariste au début puis pacifique) d’autres ont eu des parcours très négatifs (Eglise catholique et l’inquisition).

Avez-vous une croyance personnelle ?
Au départ j’ai reçue une forte éducation catholique. Mes sœurs se sont engagées (couvent, ..)
Mais avec le temps, j’ai perdu la foi à cause de l’existence du mal et de la souffrance sur Terre.
Je ne crois plus en l’âme et je n’attends rien du ciel.
Mais je crois dans les émotions, le ressenti, comme par exemple lors d’une opération ou l’on m’avait donné une pilule pour me sentir bien et où j’étais toute revigorée et joyeuse.

En matière de religion, voyez-vous une évolution avec le temps ?
Dans le monde actuel, il y a plus d ouverture, plus de choix possibles qu’avant.

N’aviez vous pas peur du danger des sectes ?
Au cours des enquêtes, nous nous sommes attachés avec mes étudiants à ne pas avoir d’a priori, de rester dans l’impartialité. Et nous avons constaté qu’il y a un acharnement sur les petits groupes.
Par exemple on a prétendu que les témoins de Jéhovah n’avaient pas été déportés par les nazis pendant la seconde guerre mondiale ! De même on ironise souvent sur l’attente des raëliens concernant la venue de prétendus extra-terrestres alors que c’est une opinion, après tout, défendable.
Le but de notre étude a été de traiter tout le monde sur le même pied.
Une religion c’est une secte qui a réussi.

Qu’est ce qui vous motive pour faire ce que vous faites ? Avez-vous un espoir ?
Je n’ai pas d’espoir particulier, juste une satisfaction symbolique.

Comment expliquez-vous l’attitude des médias à vouloir toujours diviser les sectes et les religions ?
Les médias vivent sur l’anxiogène, montent  en épingle tout évènement, font du sensationnel, et misent sur l’émotionnel. Discriminer les sectes est un ‘marronnier’ rentable.

Que pensez-vous du libre-examen ?
Initialement seuls les prêtres pouvaient lire et interpréter la bible. Le libre examen vient de l’acte de lire la bible par soi-même sans passer par le filtre du prêtre (caractéristique du mouvement protestant).
C’est le principe de penser par soi même, d’avoir la capacité de critiquer.
Ce que je crois c’est que dans chaque groupe religieux il y a une même proportion de crapule et de brave type.
Une religion pour moi c’est un cadre de valeur et d’obligation alors qu’être sans religion c’est davantage de libertés.
Les problèmes arrivent quand une religion impose sa vision aux autres.

Que pensez-vous de la citation de Dostoïevski « Si Dieu n’existe pas, tout est permis » ?
Je ne suis pas d’accord car par exemple les prisons sont pleines de croyants.
Ce n’est pas l’absence d’un dieu qui crée les problèmes mais souvent l’absence d’un bon sens dans les actes. Dans le passé, il n’était pas permis de ne pas être croyant. Il faut faire la différence entre orthodoxie (la croyance juste) et orthopraxie (la pratique juste). La plupart des religions encense l’orthodoxie et oublie l’orthopraxie.
Généralement les gens suivent leur croyance qu’ils estiment juste, obéissent à leur religion sans remettre en cause leurs actes. Le problème se posait déjà du temps des égyptiens : Ils se faisaient enterrer dans des sarcophages dans l’espoir d’atteindre l’immortalité mais très peu se posait la question est-ce que ça fonctionne ? Et pourtant personne n’était revenu d’entre les morts leur dire.
Avant les contestations et doutes étaient non admis.

Quand les médias parlent de religions et de sectes, que leur répondre ?
Il faut absolument contester l’utilisation du mot secte qui est dévalorisant, inquiétant et qui est à bannir.

Combien de temps cette discrimination envers les sectes va-t-elle durer ?
Je crois que mes descendants devront lutter encore.

Au Final

Anne Morelli a été très applaudie et un responsable scientologue a déclaré pour conclure : « Les remerciements que nous vous faisons tous dans la salle viennent du cœur. »

 

Article complémentaire : Secte ou religion

 

A lire aussi sur ce thème: