Pages Menu
Categories Menu

Posted on 5 juin 2015 in Face aux droits de l'homme

L’ONU confirme-t-elle la vision des raëliens sur l’éducation sexuelle chez les enfants ?

L’ONU confirme-t-elle la vision des raëliens sur l’éducation sexuelle chez les enfants ?

L’ONU va-t-elle plus loin que les raëliens dans ses recommandations ou confirme-t-elle la vision des raëliens sur l’éducation sexuelle chez les enfants ?

La lecture du dernier rapport de l’Unesco sur l’éducation sexuelle la confirme et va totalement dans le sens de la philosophie raëlienne.

L’Organisation Économique, Sociale et Culturelle des Nations Unis (l’UNESCO) a publié en décembre 2009 un rapport de 98 pages offrant un plan de cours universel d’éducation sexuelle pour les enfants entre 5 et 18 ans.

Ce rapport a été écrit par des experts majeurs en matière d’éducation sexuelle », dont le Dr. Doug Kirby, un expert en matière d’éducation sexuelle pour adolescent, et Nanette Ecker, ancienne directrice pour la formation et l’éducation au Conseil pour l’Education et l’Information sur la Sexualité des États-Unis.

Selon Mark Richmond, directeur de la Division de l’UNESCO pour la Coordination des Priorités de l’ONU pour l’éducation, le plan de cours est basé sur une synthèse de la littérature ayant attrait au sexe basé sur 87 études à travers le monde.

Cette initiative vise à aider les éducateurs du monde entier à élaborer des programmes d’éducation sexuelle adaptés.

Il y est question de la masturbation et les recommandations de l’UNESCO suggèrent de commencer à aborder le sujet avec les enfants de cinq à huit ans.

Le directeur de la Division de l’UNESCO pour la Coordination des Priorités de l’ONU a défendu l’enseignement au sujet de la masturbation comme étant  approprié à leur âge car « même durant la petit enfance, les enfants sont connus pour être curieux au sujet de leurs corps« .  Ces leçons, a-t-il ajouté, « aideront si tout va bien les enfants  à développer une compréhension plus approfondie du comportement sexuel tout au long de leur passage à l’âge adulte ».

Cela fait écho à ce que disent les Raëliens depuis 40 ans sur le sujet.

En effet, on peut lire dans les textes raëliens les recommandations suivantes :

- L’éducation sensuelle est l’une des choses les plus importantes, mais malgré cela, elle existe à peine en ce moment. Tu vas éveiller l’esprit de ton enfant, mais tu éveilleras aussi son corps, compte tenu que l’éveil du corps est lié à l’éveil de l’esprit. Tout ceux qui cherchent à engourdir le corps, engourdissent aussi l’esprit. 

-Nos créateurs nous ont donné nos sens pour que nous les utilisions. Notre nez a été créé pour sentir, nos yeux pour voir, nos oreilles pour entendre, notre bouche pour goûter, et nos doigts pour toucher. Nous nous devons de développer nos sens afin d’obtenir le plus de satisfaction possible avec tout ce qui nous entoure, lesquelles choses ont été placées là pour notre propre plaisir. 

 
- Un individu sensuel est plus prédisposé à l’harmonie avec l’infini, parce qu’une telle personne peut ressentir cet infini sans avoir à méditer ou à contempler.

- La méditation et la contemplation feront en sorte que les individus puissent mieux comprendre ce qu’est cette harmonie, et comment cette dernière peut être irradiée tout autour de soi en l’enseignant.

- Être sensuel implique qu’il faut laisser l’environnement nous donner du plaisir.

- L’éducation sexuelle est d’autant importante, mais elle n’enseigne que le côté technique des fonctions et de l’utilité des organes. L’éducation sensuelle, pour sa part, nous enseigne comment obtenir du plaisir par nos organes dans le seul but de ce plaisir, sans nécessairement chercher à les employer dans un but utilitaire. 

- Ne rien dire à nos enfants à propos de leurs organes sexuels est mauvais, mais malgré tout il vaut mieux au moins leur expliquer à quoi ils servent même si cela est insuffisant. Nous devons leur expliquer comment ils peuvent en retirer du plaisir pour eux-mêmes. 

- Expliquer seulement la fonctionnalité de leurs organes sexuels serait comme dire que la musique est pour marché en rang de parade, que de savoir écrire est utile seulement pour écrire des lettres de plaintes, ou que les films sont utiles seulement pour les cours d’audio-visuel, et autre explications sans queue ni tête. Heureusement, grâce aux artistes et à travers l’éveil de nos sens, nous pouvons obtenir du plaisir en écoutant, en lisant, en regardant des œuvres d’art qui ont été faits pour aucune autre raison que de donner du plaisir. Ce principe vaut aussi pour les organes sexuels. Ils ne sont pas là simplement pour la reproduction ou pour remplir un besoin naturel, mais aussi pour donner du plaisir aux autres et à nous-mêmes.

- Chacun de nos organes a été créé par nos parents, les Elohim, pour que nous puissions les utiliser non pas avec de la honte, mais avec le bonheur de les utiliser pour ce dont ils ont été conçus. Si l’action d’utiliser un de nos organes apporte du plaisir, cela signifie que nos Créateurs ont voulu que nous ayons ce plaisir.

- Chaque individu est un jardin qui ne devrait pas être laissé là sans être cultivé. Une vie sans plaisir et un jardin qui n’est pas cultivé. 

Extraits du livre « Intelligent Design – Messages from the Designers ».

« La philosophie Raëlienne, à l’opposé de ces traditions barbares, prône le plaisir sexuel, essentiel à l’épanouissement humain et une éducation responsable » ajoute Lisiane Fricotté,  juriste spécialiste des libertés publiques et des droits de l’homme et raëlienne.

Le droit à une vraie éducation sexuelle est un droit humain fondamental s’inscrivant dans le cadre de l’article 26 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et selon les raëliens, le manque d’éducation expose à des risques graves, dont plusieurs fléaux de nos sociétés (victime de malade pédophile, maladies, sentiment de culpabilité).

L’éducation sexuelle ne doit pas se limiter à expliquer à quoi servent le fonctionnement des organes génitaux et la reproduction, mais doit expliquer comment en retirer du plaisir pour permettre à l’être humain de vivre pleinement épanoui :  C’est ce qu’enseigne Raël depuis près de 40 ans et que nombre de médecins, sociologues, experts affirment aujourd’hui, tirant la sonnette d’alarme sur la nécessité de développer l’éducation sexuelle, l’importance de promouvoir des actions adaptées dès le plus jeune âge et de démystifier tous les aspects de la sexualité, en y intégrant la dimension de plaisir.

« On est en droit de se questionner sur ce qu’attendent les autorités qui tardent tant à mettre en place de véritables programmes éducatifs modernes suivant les recommandations des experts sur la notion de plaisir. Faire référence à la reproduction et à la santé sexuelle sont une étape mais cela ne suffit pas » soulignait déjà Lisiane Fricotté lors du lancement de la campagne en novembre 2010.

« Un adulte en devenir ne peut pas acquérir sa pleine autonomie, se sentir libre et responsable, quand toute une partie de lui-même est ignorée. L’être humain a été créé pour le plaisir, la sexualité en fait partie intégrante et l’éducation à celle-ci est primordiale. Les jeunes doivent choisir et assumer librement leur sexualité lorsqu’ils se sentent prêts et non en fonction de pressions sociales, médiatiques, religieuses ».

Elle ajoute : « Depuis des années, la vision du Mouvement Raëlien sur la sexualité et notamment l’éducation sexuelle des jeunes a été déformée par des médias en mal de sensation ; l’environnement normalisateur et liberticide est tel qu’une décision de la Cour européenne de 2011 reprend ces accusations. Ceci constitue une contre vérité au regard de l’enseignement de Raël mais c’est aussi à contre courant de ce que préconise aujourd’hui les plus hautes instances internationales dans le domaine de l’éducation ; n’en déplaise aux détracteurs de la philosophie Raëlienne, même l’Unesco préconise une éducation sexuelle dès le plus âge ».

Selon les raëliens, il est grand temps de redonner une vision responsable et harmonieuse de la sexualité dans toutes ses dimensions de plaisir, de liberté, sans préjugé moralisateur. Ces actions éducatives doivent aborder sans tabous les questionnements sur la masturbation, la diversité sexuelle et le respect tel que le fait ce rapport de l’ONU en droite ligne de la vision raëlienne.

Voici le rapport officiel de 98 pages de l’UNESCO : http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001832/183281f.pdf

Eric Remacle

A lire aussi sur ce thème: